Laurent Lamothe et ses avocats ont, une nouvelle fois, dénoncé la décision du Bureau du Contentieux Électoral Départemental (BCED) demandant au CEP de rayer son nom de la liste de dépôt de candidature à la présidentielle aux prochaines élections.

Les avocats de M. Lamothe, notamment Me Jacques Lochard, ont dit relever, lors d’une conférence de presse, au Royal Oasis, vendredi, plusieurs irrégularités dans la décision d’exclure leur client.

Ils ont mis l’accent sur le fait que certains candidats ont été acceptés, alors qu’ils n’ont pas de décharge. Une décision qui montre à clair, selon eux, que M. Lamothe serait victime d’un complot politique. Toutefois, l’intéressé, lui-même, n’avait pas voulu citer les personnes à la base dudit complot.

Les avocats de M. Lamothe ont par ailleurs fait remarquer que Mme Josepha Gauthier, agréée par le BCED, a profité du jugement en référé délivrer par le tribunal civil de Port-au-Prince en faveur de leur client, alors que Laurent Lamothe, lui, a été exclu.

Une situation anormale que Me Lochard appelle le BCEN, devant lequel, il a interjeté appel, à corriger incessamment, en vue de rendre crédible le processus électoral.

D’un autre coté, le conseil des avocats de Laurent Lamothe menace de récuser tous les conseillers électoraux qui se sont positionnés publiquement dans l’affaire, si ceux-ci s’avisent à siéger au BCEN dans le cadre de ce dossier.

Aussi annoncent-ils des procédures judiciaires contre Jean Nazaire Thidé qui a contesté M. Lamothe au BCED, pour avoir cité des témoins dont les adresses mentionnées ne correspondent à aucun d’entre eux. Arnel Bélizaire qui a produit une contestation en se présentant comme Député de Delmas Tabarre, est aussi dans le collimateur des avocats qui entendent le traduire en justice pour usurpation de titre.