La Croix-Rouge américaine, accablée par une investigation réalisée conjointement par deux journalistes de ProPublica et de la National Public Radio (NPR) qui l’accuse d’avoir reçu un demi-milliard de dollars en dons et de n’avoir construit que 6 maisons, a réagi, 48 heures plus tard, via un communiqué repris par CNN. Dans ce communiqué, l’agence humanitaire rejette d’un revers de main les révélations de cette enquête et dénonce un manque d’équilibre, de contexte et de précision dans les faits qui lui sont reprochés.

Mercredi 3 juin, ProPublica et NPR publient l’investigation « Comment la Croix-Rouge a récolté un demi-milliard de dollars pour Haïti – et construit six maisons » qui pointe du doigt le programme intitulé LAMIKA, acronyme de Lavi Miyò Nan Katye Pa m qui avait pour but principal la construction de plusieurs centaines de maisons permanentes.

« Après le séisme, la Croix-Rouge a reçu une avalanche de dons dont le total s’élevait à près d’un demi-milliard de dollars […] La Croix-Rouge prétend avoir fourni des maisons à plus de 130 000 personnes. En réalité, le nombre de logements permanents effectivement construits est de… six », peut-on lire dans cette investigation qui allègue de graves lacunes dans la gestion de l’aide de l’agence de secours à Haïti après le tremblement de terre catastrophique de 2010.

La Croix-Rouge américaine a tôt fait de publier un communiqué dans lequel elle remercie la générosité de ses donateurs, près de cinq ans et demi après le tremblement de terre dévastateur en Haïti, et dans lequel aussi elle estime avoir « fait une différence dans la vie de millions d’Haïtiens qui avaient désespérément besoin d’aide et d’assistance humanitaire. »

« Il est particulièrement décevant de voir notre travail déformé, étant donné que nous avons répondu à plus de 100 questions par écrit et nous avons fourni un entretien avec le chef de nos programmes internationaux », a indiqué ce communiqué qui exprime la déception de la Croix-Rouge face au « manque d’équilibre, de contexte et de précision […] de ProPublica / NPR. »

La Croix-Rouge n’a pas manqué de souligner que cette investigation « suit le modèle de toutes leurs histoires précédentes [ProPublica / NPR ] sur la Croix-Rouge. »

A travers ce communiqué, la Croix-Rouge explique, en long et en large, comment elle a fait usage de ces fonds pour construire et exploiter huit hôpitaux et cliniques, endiguer une épidémie mortelle de choléra, fournir de l’eau potable et faire de l’assainissement, et déplacer plus de 100 000 personnes dans des tentes de fortune vers des logements sûrs et améliorés.

« Quand le terrain n’était pas disponible pour des maisons neuves, la Croix-Rouge a fourni une gamme de solutions de logement, y compris les subventions de location, les réparations et la modernisation des structures existantes […] Nous avons également construit et réparé des écoles, des routes et des points vitaux dans les quartiers de distribution d’eau », a fait savoir la Croix-Rouge, en guise de riposte, tout en niant en bloc les accusations qui tendent à faire croire que l’agence américaine a dépensé jusqu’à un tiers du budget d’un projet en sous-traitant avec d’autres groupes par manque d’expertise sur le terrain.

L’organisme de secours a qualifié plusieurs de ces affirmations de «mythes».

«Malgré les conditions les plus difficiles, y compris les changements de gouvernement, le manque de terre pour le logement et les troubles civils, notre personnel travailleur – dont 90 % sont des Haïtiens – a continué à répondre aux besoins à long terme du peuple haïtien. Alors que le rythme des progrès n’avance pas aussi vite que nous le souhaiterions, Haïti se porte mieux aujourd’hui qu’elle ne l’était il y a cinq ans », a déclaré la Croix-Rouge américaine.

À propos de la construction de seulement six nouvelles maisons, l’agence avance avoir « fourni à plus de 132 000 personnes un logement sûr et durable. »

«Quand nous ne pouvions pas obtenir des terres pour fournir de nouveaux logements, nous nous sommes concentrés sur des logements sûrs avec un large éventail de choix (subventions de location, les réparations et la modernisation de maisons existantes, ainsi qu’enseigner aux gens comment réparer leurs maisons) », a contre-attaqué la Croix-Rouge dans un communiqué.

Controverse sur la transparence

Selon ProPublica et NPR, la Croix-Rouge a refusé à plusieurs reprises de divulguer des détails sur comment exactement l’argent a été dépensé en Haïti, hormis les grandes catégories de dépenses, en dépit d’une promesse faite par le P.D.G. Gail McGovern, qui dit s’efforcer de diriger en toute transparence.

CNN, pour sa part, indique que des déclarations de revenus de la Croix-Rouge allant de juillet 2010 à juin 2014 ne donnent aucun détail des dépenses pour ses nombreux programmes de secours, y compris en Haïti.
Ces documents, appelés Formulaire 990 (Form 990, en anglais), font apparaître plus de détails sur les salaires, y compris la rémunération totale de McGovern de $ 597 961, d’après le dépôt le plus récent.

Par ailleurs, la Croix-Rouge a déclaré qu’elle présente un rapport annuel en ligne sur comment l’argent des donateurs est dépensé selon le secteur et sept priorités: aide d’urgence, abris, santé, eau et assainissement, moyens de subsistance, préparation aux catastrophes et prévention du choléra.

91 % de chaque dollar va aux services

Dans son communiqué, la Croix-Rouge américaine a également contesté les accusations sur les problèmes internes et les services retardés et a affirmé que le taux de roulement du personnel était «relativement faible» et «compatible» avec d’autres organisations humanitaires en Haïti.
L’agence a declare que 91% cent de chaque dollar donné va aux programmes et aux services, et que ses organismes partenaires ont également de faibles dépenses.

« Il est plus rentable de compter sur l’expertise de partenaires que si nous avions essayé de construire le personnel de ces programmes à partir de zéro », a indiqué la Croix-Rouge américaine.

Patrick St Pré Source Le Nouvelliste